Mon panier est vide
 
 
Questions Fréquentes
Mon Compte
Mes Commandes
La Livraison
Le Paiement
Contactez-nous
1. Comment choisir un plan ?
2. Comment lire le catalogue et ses abréviations ?
3. Quelle échelle choisir ?
 
1. Comment choisir un plan ?


Construire un modèle réduit de bateau à partir d'un plan n'est pas plus difficile que d'assembler un kit. L'avantage de ce dernier réside simplement dans le fait que les pièces essentielles sont prédécoupées, ce qui fait gagner du temps et limite l'outillage nécessaire. En contrepartie, le choix des modèles est restreint et l'échelle est imposée, tandis qu'un plan peut être aisément agrandi ou réduit à l'aide d'une photocopieuse, ce qui permet de réaliser exactement la maquette que l'on désire.

Le choix d'un plan doit correspondre à plusieurs critères : il est toujours conseillé de construire un modèle facile si l'on débute, et il faut surtout choisir le genre de bateau que l'on aime : chalutier, remorqueur, cargo, navire de guerre, voilier ancien ou de régate, vedette rapide, etc... reste à savoir également si l'on veut un modèle statique (de vitrine) ou naviguant.

Dans le premier cas, pratiquement tous les plans de ce catalogue vous permettront de réaliser une belle maquette, en tenant compte des goûts et des capacités de chacun. Dans le second, et selon le type de bateau, il faudra que le modèle soit capable de naviguer en toute sécurité et qu'on puisse le voir d'assez loin. N'oubliez jamais qu'un modèle réduit paraît très vite minuscule lorsqu'il s'éloigne de son pilote. On peut très bien construire un assez gros modèle pour débuter, une coque d'au moins 1 mètre de longueur est recommandée, la difficulté ne vient pas des dimensions d'un modèle mais plutôt de la complexité de ses superstructures et de son accastillage. Afin d'évoluer sur l'eau, notre bateau sera radiocommandé, il faudra donc le choisir assez grand pour que sa cale puisse héberger moteur, accus, servos et récepteur.

Maquette statique
C'est la forme la plus ancienne de modélisme naval. En partie à cause de cela, les voiliers anciens sont les sujets favoris des modélistes, mais il est tout à fait possible de faire d'un modèle moderne une magnifique pièce de collection. Votre premier modèle devra être simple à l'échelle 1/40e ou moins. Les vaisseaux anciens dotés de plusieurs ponts, de nombreux canons et d'un gréément impressionnant seront écartés. Il est préférable de commencer par un modèle de vedette ou de petit chalutier si l'on n'a jamais travaillé le bois et les métaux.

Maquette naviguante
Nous vous conseillons pour votre premier modèle naviguant une vedette simple à bouchains vifs ( la coque est recouverte par des panneaux de contreplaqué) ou un petit modèle dont les superstructures sont simples et l'accastillage dépouillé. Les maquettes de remorqueurs et de cargos sont d'exellents deuxièmes modèles. Les bateaux de guerre tout comme les paquebots sont à déconseiller aux débutants, leur faible largeur posant souvent des problèmes de stabilité.

 
2. Comment lire le catalogue et ses abréviations ?
Il y a une référence pour chaque plan PLXXX du catalogue. exemple PL132. Il s'agit d'un plan grandeur d'execution.
Si la référence est à 6 chiffres. 639.328, il s'agit du plan n°639 présenté dans le MRB n°328 où l'on retrouvera une présentation détaillée et des explications du plan dans la revue.
Lorsqu'un numéro est épuisé, il est possible de commander une photocopie de la présentation du plan. Les photocopies sont gérénralement en noir et blanc.

Des indications permettent également de décrire les plans. On retrouvera ainsi dans le descriptif du plan certains sigles :
*** Signifie que le plan est très détaillé et complet
** Signifie que le plan est détaillé mai sans l'installation radio et (ou) que le couplage n'est pas déssiné individuellement.
* signifie que le plan est simplifié et qu'il faut tracer certains éléments nécessaires à la construction.

La lettre R devant les étoiles indique qu'il s'agit d'un plan réduit pouvant comporter certains éléments à l'échelle 1, mais qu'il faut retracer.
Les chiffres 1,2 ou 3 indiquent le niveau de difficulté de la construction.
1 : modèle pouvant être construit par un débutant
2 : modèle demandant une expérience de construction de 1 à 3 modèles, boîte ou plan.
3 : Modèle pour modéliste ayant déjà construit 2 à 5 modèles.

Il existe également certaine formes de coques qui sont précisées dns le descriptif du plan
Coque à bouchains : la coque du modèle comporte des angles vifs et peut être recouverte de panneaux en contre plaqué.
Coque en formes : La coque est arrondie et doit être recouverte de baguettes.
Sans indication: La coque est forcément en formes, pour les navires où il n'y a pas de doutes.. .

 
3. Quelle échelle choisir ?

Les échelles des plans obéissent parfois à certaines conventions. Par exemple, les voiliers anciens se réalisent souvent au 1/72è ou au 1/48è. Ce sont les échelles des monographies vendues au Musée de la Marine. Les modèles naviguant de la Marine Nationale contemporaine sont en général au 1/100è, sauf les petites unités type vedette, patrouilleurs, dragueurs, dont on trouvera les plans au 1/20e ou au 1/50e, ce qui permet de réaliser des modèles détaillés et stables. en effet, il faut être prudent avec certains types de bateaux qui au 1/100e ont une coque très étroite et de lourdes superstructures qui les rendent instables. Les navires marchands, cargos et paquebots, vous sont proposés à des échelles allant du 1/50e au 1/100e selon leurs dimensions afin de réaliser des modèles naviguants.

Les unités plus modestes : chalutiers, remorqueurs et bateaux de service sont présentés à des échelles variant de 1/100e au 1/33eme de même que les yachts à voile ou à moteurs. Cela vous donne généralement des coques mesurant de 0,80m à 1,50m tout à fait appropriés aux modèles naviguants.

Les voiliers de compétition, appellés "voiliers modèles" obéissent à une jauge précise : classe 1 mètre, classe M. leurs plans sont donc livrés aux côtes imposées par ces règles et directement exploitables.

Les bateaux rapides, vedettes et off-shore sont dessinés aux dimensions qui conviennent le mieux à leur utilisation en fonction des motorisations choisies, aussi bien pour l'éléctrique que pour le thermique.

Les vieux grééments : on voit de plus en plus des modèles naviguants de voiliers traditionnels sur les plans d'eau. les raisons en sont multiples : renouveau d'intérêt pour notre patrimoine maritime, charme particulier de ce genre de bateau, facilité de construction des coques aux formes simples, possibilité de concevoir les travaux à la manière du charpentage traditionnel (quoiqu'en miniature et simplifié), plaisir de piloter des modèles très esthétiques jadis destinés à décorer le svitrines d'un musée. Pour être stables et performants, ces modèles doivent posséder une coque spacieuse mesurant environ 1 mètre de longueur, et même un peu plus si l'on veut les voir de très loin. La plupart des plans de vieux gréements sont à l'échelle du 1/20e. Ces voiliers naviguent très bien à condition de respecter certaines règles de construction et de les lester en conséquence.

Quant aux modèles de voiliers anciens, frégates et vaisseaux des 17 et 18è siècle, ne comptez pas les faire naviguer, à moins de construire des modèles de 2mètres et plus et de les équiper d'un lest rapporté sous la coque. On peut en revanche faire naviguer des petites unités dotées d'un gréement aurique : Tartannes, lougres, cotres et goélettes à condition de les réaliser au 1/20ème.

Par ailleurs quelque soit le bateau choisi, vous trouverez dans les anciens numéros MRB en consultant l'index de nombreuses indications pour vous aider.

MRB Boutique est une entitÚ de MRB Magazine - 15 rue Cronstadt 75015 Paris France TÚl. +33 1 45 32 60 69